Le langage SPICE :
 
Sommaire
Qu´est-ce que SPICE ?
Les fichiers de modèles SPICE,
Le langage SPICE,
Les primitives du langage SPICE,
Comprendre un modèle SPICE,
Comment modéliser un système, ou un composant ?
Exemple 1 : un filtre passe-haut 2° ordre.
Exemple 2 : un convertisseur rectangulaire - polaire.
Avant-propos :
Ce dossier n´a certainement pas la prétention de se croire exhaustif, le sujet étant bien vaste... Il a uniquement pour but d´introduire les possibilités de simulation comportementale de SPICE afin de modéliser des fonctions qui peuvent être pluri-technologiques.
Pour plus d´informations sur SPICE, vous devriez vous rendre sur son site officiel...
 
Qu´est-ce que SPICE ?
SPICE est un noyau logiciel de simulation électronique.
La simulation rend en effet d´énormes services aux électroniciens pendant la phase de conception des circuits : elle permet de limiter les essais réels.
Ce procédé fait donc gagner du temps et de la souplesse puisque, dans l´idéal, on n´a plus besoin de câbler un circuit pour vérifier son fonctionnement...
Attention, la simulation n´évitera en aucun cas l´essai réel, seule étape permettant de valider rigou-reusement un circuit.
 
SPICE est architecturé autour d´un algorithme complexe, dont la version la plus aboutie a été développée par l´Université de Berkeley : SPICE 3F5.
SPICE ayant l´inconvénient de ne pas être très convivial (pas d´interface graphique, manipulation fastidieuse de fichiers,...), de nombreux logiciels de CAO intègrent un noyau SPICE, ce qui simplifie la simulation (ex : PROTEL, PROTEUS, ICAP/4 de Intusoft, ORCAD, EED3 ou Edwin,...).
L´appel au noyau SPICE est complètement transparent pour l´utilisateur : il suffit d´entrer le circuit sous forme graphique puis de lancer la simulation.
 
Pour effectuer les simulations, SPICE a besoin de connaître la manière dont se comportent les composants utilisés. Il utilisera donc des modèles logiciels des composants qu´il doit simuler. Ces modèles sont décrits sous formes de fichiers écrits en langage SPICE.
Les fichiers de modèles SPICE
Quel format ?
Concrètement, le modèle SPICE d´un composant est un fichier au format texte, qui est éditable avec n´importe quel éditeur de texte : Notepad, Wordpad, ou même Edit pour DOS,...
Les modèles SPICE sont souvent enregistrés avec l´extension .CKT, .MOD, ou encore .MDL.
On trouve de nombreux modèles à télécharger sur les sites des fabricants de composants électroniques (voir la rubrique Sites de simulation analogique).
Par exemple : un fichier UA741.CKT sera un fichier texte comportant le modèle SPICE de l´amplificateur opérationnel UA741.
Il est également possible de trouver des fichiers intégrant plusieurs modèles. Ils portent dans ce cas l´extension .LIB. Ces fichiers multi-modèles ont l´avantage de limiter le nombre de fichiers, mais l´inconvénient d´être plus longs à traiter lors de la simulation.
 
Le type . MODEL
Un fichier .MODEL permet de personnaliser les caractéristiques d´une primitive SPICE paramètrable (ex : diode, transistor...). Il est déclaré de la façon suivante :
Le type .MODEL
Explications : ce fichier permet de définir un nouveau composant 10TQ045, c´est une diode puisque la primitive de base utilisée est D.
Précisions :
1- Il est possible de définir autant de modèles que l´on veut. Il suffira d´affecter à chaque modèle un nom différent (ex : 1N4001, 1N4002,...),
2- Un fichier .MODEL ne permet que de changer la valeur de paramètres prédéfinis (ex : tension de seuil d´une diode, coefficient de température d´une résistance,...) : il n´y a pas de création en soi ...,
3- On peut introduire des commandes .MODEL à l´intérieur même d´un macro-circuit .SUBCKT. On pourra ainsi créer des modèles locaux (s´ils sont définis avant l´instruction .ENDS), ou des modèles globaux si ils sont définis ailleurs dans le fichier.
 
Le type . SUBCKT
Un fichier .SUBCKT permet de créer un macro-circuit. Un macro-circuit est en fait un circuit résultant de l´association de plusieurs primitives SPICE. Pour toutes les versions de SPICE, un fichier .SUBCKT est constitué comme ceci :
Le type .SUBCK
Précisions :
1- Un commentaire s´écrit à la suite du caractère * (il est facultatif). Ce commentaire est souvent utilisé pour définir une équivalence entre la connexion logicielle du modèle (numéro des noeuds de connexion) et le brochage du composant réel (tel qu´il existe dans le logiciel de schéma).
Par exemple : le commentaire du fichier-exemple explique le parallèle entre A et B (broches physiques de la self) et noeud 1 et noeud 2 (connexions logicielles du modèle).
2- La déclaration .SUBCKT permet de signifier à SPICE que l´on souhaite définir un macro-composant (il ne faut pas oublier le "." devant SUBCKT).
3- Le composant est décrit sous la forme d´une netlist à l´aide du langage SPICE. Toutes les primitives utilisées sont connectées ensemble avec des noeuds (NODES). Chaque noeud étant affecté d´un numéro, l´ensemble structuré des connexions constituera la netlist.
4- La commande .ENDS permet d´informer SPICE que la description du modèle est terminée. A ne surtout pas oublier !
 
Utiliser les modèles SPICE
La finalité d´un modèle est évidemment d´être utilisé lors d´une simulation. Seulement voilà, il y a un petit problème : votre logiciel de CAO doit faire le lien entre le modèle et le symbole qu´il va utiliser dans sa bibliothèque...
 
Cela signifie qu´il ne suffit pas d´enregistrer le fichier-modèle sur le disque dur pour pouvoir l´utiliser : il faut encore créer un composant correspondant dans le logiciel de CAO.
 
Pour cela, il faut savoir que chaque logiciel utilise un principe différent (que ce soit PROTEL, PROTEUS,...). Cette manipulation est expliquée dans la documentation de votre logiciel. Cela dit, la procédure générale reste la même :
 
1- Placement des connexions électriques, puis dessin du symbole correspondant,
2- création du composant (device), grâce à la commande appropriée,
3- copie du fichier-modèle dans le répertoire des modèles propre au logiciel (s´il y en a un),
4- affectation d´un modéle à ce nouveau composant. En règle générale il faut éditer les propriétés du composant, spécifier le nom et le chemin d´accès du modèle, et enfin préciser le lien entre broches physiques (choisies lors de l´édition du symbole) et broches logicielles (définies dans la ligne .SUBCKT).
pattes physiques, pattes logicielles
Exemple avec PROTEUS : une fois créé le dessin, il faut sélectionner l´ensemble du symbole puis aller dans la barre de menu activer la commande Make Device. ISIS vous demande alors le nom du composant, et la bibliothèque dans laquelle il faut classer ce composant. Il faudra ensuite lier le symbole à son modèle grâce aux instructions suivantes :
   PRIMITIVE=ANALOGUE,SUBCKT
   SPICEMODEL=NE555B,Ic555.LIB
   SPICEPINS=CV,DC,GND,O,R,TH,TR,VPP
Ces lignes doivent être écrites dans la rubrique Other Properties après avoir ouvert la boîte de dialogue propre au composant... L´ordre des connexions doit être le même pour le composant (pins CV DC GND O R TH TR VPP) et son modèle (5 7 1 3 4 6 2 8).
Le langage SPICE - sa syntaxe
Généralités
1- Le langage SPICE est une suite de lignes de code SPICE, chacune de ces lignes place ou définit un composant.
2- Pour fixer la valeur d´une primitive ou d´un paramètre, on peut utiliser indifféremment la notation réelle (ex : -2.54, .5, 1743,...), exponentielle (ex : 25E-06, 17.3e+02,...) ou enfin la notation symbolique : on écrit le coefficient multiplicateur à la suite du nombre (ex : 25.3P, 72.4MEG, .54M). Les coefficients disponibles dans SPICE sont :
F : femto, P : pico, N : nano, U : micro, M : milli, K : kilo, MEG : méga, G : giga, T : téra.
3- Le noeud 0 est réservé par SPICE : c´est la masse. Il peut cependant être utilisé pour relier des composants à la masse du circuit.
 
Placer des primitives simples - dites de bas niveau
Constitution d´une ligne de code SPICE plaçant une primitive simple (non paramètrable) :
code SPICE simple
La ligne de cet exemple permet de brancher une self nommée L0 entre les noeuds 1 et 4, cette self a pour valeur 150 H.
 
Placer des primitives paramètrables - dites de haut niveau
Description d´une ligne de code SPICE plaçant une primitive paramètrable :
code SPICE complexe
Le nom du modèle utilisé pour simuler la primitive doit être défini grâce à une commande .MODEL située dans le fichier.
 
Ici, on placera un transistor nommé Q8 entre les noeuds 4, 8 et 12. Ce transistor sera un modèle QP (défini ailleurs grâce à une ligne .MODEL) qui aura pour valeur initiale 10.
 
Cas particulier : les primitives R (résistance) et D (diode) peuvent être définies sans nom du modèle, dans ce cas SPICE utilisera le modèle par défaut (presque idéal).
ex : D4 3 4 ou R6 10 11 4,7K.

Le langage SPICE - les primitives
Avant-propos
La primitive est l´élément de base qui sert à la construction des circuits et des modèles électriques. Chaque primitive correspond donc à un composant du circuit.
 
Comme on l´a vu auparavant, il existe deux types de primitives :
1- les primitives simples : ce sont les plus basiques, on peut simplement leur affecter une valeur. Il est impossible de redéfinir les paramètres internes. Par exemple : self, condensateur, générateurs purs ou commandés,...
2- les primitives paramètrables : on peut redéfinir leurs paramètres grâce à la commande .MODEL. Par exemple : résistance, transistor, diode, MOS,...
 
Attention : ce qui suit est une présentation non exhaustive des primitives du noyau SPICE 3F5. Certains attributs peu utilisés ont été volontairement ommis. Une documentation complète peut être obtenue sur le site officiel de SPICE 3F5.
 
Remarquons au passage qu´il existe des versions améliorées de SPICE, lesquelles proposent à l´utilisateur des compléments, voire de nouvelles primitives. C´est notamment le cas pour PSPICE ainsi que pour XSPICE, qui offrira entre autres toutes les primitives booléennes...
 
 
Primitive Description version niveau
Vn source de tension pure * bas
In source de courant pur * bas
En source de tension contrôlée par une tension * bas
Fn source de courant contrôlée par un courant * bas
Gn source de tension contrôlée par un courant * bas
Hn source de courant contrôlée par une tension * bas
Bn source universelle 3F5 bas
Rn résistance * haut
Ln inductance - self parfaite * bas
Cn condensateur parfait * bas
Dn diode * haut
Qn transistor bipolaire (2 types : NPN et PNP) * haut
Jn transistor à effet de champ (2 types : N et P) * haut
Mn MOSFET (types N et P + 7 niveaux de modèles) * haut
Sn interrupteur commandé par une tension * haut
Xn utilisation d´un macro-circuit utilisateur .SUBCKT * haut
Kn mutuelle inductance * bas
Tn ligne de transmission parfaite * bas
Tableau 1 : résumé des primitives SPICE usuelles
 
Source de tension V :    Vn n1 n2 type val
  n1 est le + de la tension de sortie.
n2 est le -.
type fixe la source en continu (type=DC) ou en sinusoidal (type=AC).
val représente la tension, exprimée en Volts.
Exemple :   V2 3 5 DC 10 définit un générateur de tension V2 entre les noeuds 3 et 5. La tension est continue et vaut 10 volts.
 
Source de courant I :    In n1 n2 type val
  n1 est le + du courant de sortie.
n2 est le -.
type fixe la source en continu (type=DC) ou en sinusoidal (type=AC).
val représente le courant, exprimé Ampères.
Exemple :   I4 13 23 DC 24E-03 positionne un générateur de courant I4 entre les noeuds 13 et 23. Le courant est continu et vaut 24 mA.
 
Source de tension commandée en tension :    En s1 s2 e1 e2 val
  s1 est le + de la tension de sortie.
s2 est le - de la sortie.
e1 est le + de la tension d´entrée.
e2 est le - de l´entrée.
val représente le coefficient de multiplication de la tension d´entrée (en V/V).
Exemple :   E1 10 20 1 2 .5 positionne E1, un générateur de tension commandé en tension. La tension sort entre les noeuds 10 et 20, la tension de référence du générateur arrive entre les noeuds 1 et 2. La tension de sortie vaudra 0,5 fois la tension d´entrée.
 
Source de courant commandée en tension :    Gn s1 s2 e1 e2 val
  s1 est le + du courant de sortie.
s2 est le - de la sortie.
e1 est le + de la tension d´entrée.
e2 est le - de l´entrée.
val représente le coefficient de multiplication de la tension d´entrée (en A/V).
Exemple :   G10 1 2 11 12 5E-03 déclare G10, un générateur de courant commandé en tension. Le courant de ce générateur sort entre les noeuds 1 et 2, la tension de référence entre sur les noeuds 10 et 20. Le courant de sortie vaudra 0,005 fois la tension d´entrée.
 
Source de tension commandée en courant :    Fn s1 s2 vmes val
  s1 est le + de la tension de sortie.
s2 est le - de la sortie.
vmes est le nom de la sonde de courant.
val représente le coefficient de multiplication du courant d´entrée (en V/A).
 
Attention : Cette primitive utilise une sonde de courant -vmes- qui est déclarée comme une source de tension de valeur nulle : vmes s1 s2 DC 0. Elle agira comme un shunt au niveau électrique. En général, on déclare la sonde juste après le générateur commandé.
Exemple :
   F7 10 20 V2 500
   V2 4 5 DC 0

Cela déclare F7, un générateur de tension commandé en courant. La tension de ce générateur sort entre les noeuds 10 et 20, le courant de référence est celui qui circule dans la sonde V2, placée entre les noeuds 4 et 5. La tension de sortie vaudra 500 fois le courant d´entrée.
 
Source de courant commandée en courant :    Hn s1 s2 vmes val
  s1 est le + du courant de sortie.
s2 est le - de la sortie.
vmes est le nom de la sonde de courant.
val représente le coefficient de multiplication du courant d´entrée (en A/A).
 
Attention : Cette primitive utilise une sonde de courant -vmes- qui est déclarée comme une source de tension de valeur nulle : vmes s1 s2 DC 0. Elle agira comme un shunt au niveau électrique. En général, on déclare la sonde juste après le générateur commandé.
Exemple :
   H15 3 6 V12 4
   V12 7 10 DC 0

Cela déclare H15, un générateur de courant commandé en courant. Le courant issu de ce générateur sort entre les noeuds 3 et 6, le courant de référence est celui qui circule dans la sonde V12, qui est placée entre les noeuds 7 et 10. Le courant de sortie vaudra 4 fois le courant d´entrée.
 
Source universelle (SPICE 3F5 seulement) :    Bn s1 s2 type=valfunc
    s1 est le + de la grandeur de sortie.
s2 est le - de la sortie.
type déclare une source de tension (type=V) ou en source de courant (type=I) .
valfunc est une suite d´instructions qui fixe la valeur générée par la source.
 
Fonctionnement : La source Bn se programme grâce à une suite d´opérateurs et d´instructions placées après le signe = :
- opérateurs :
   + - * / ( ) ^
- instructions : x est un réel, r est en radians, n est un entier.
   abs(x) sqrt(x) pwr(x,n) exp(x) ln(x) log(x),
   sin(r) cos(r) tan(r) asin(r) acos(r) atan(r),
   sinh(r) cosh(r) tanh(r) asinh(r) acosh(r) atanh(r),

- sondes : on peut utiliser tous les potentiels et courants du circuit, en utilisant des sondes :
   V(n1) : potentiel au noeud n1,
   V(n1,n2) : tension entre n1 et n2,
   I(Vn) : courant circulant dans un shunt (source Vn de 0V à placer dans le circuit).
Exemples :
   B2 10 20 V=(22*V(1,5)-7) déclare une source de tension linéaire,
   B20 1 3 I=40*LOG(V(3)) déclare une source de courant logarithmique,
 
Résistance :    Rn n1 n2 val (modele)
    n1 et n2 sont les pattes de la résistance.
val est la valeur de la résistance (en Ohms).
modele donne le nom du modèle à utiliser pour la simulation, si on a redéfini une résistance avec .MODEL. A défaut la résistance est idéale.
 
Redéfinition :    .MODEL nom R(TC1=? TC2=? TEMP=? TNOM=?)
   nom est le nom du modèle créé,
   TC1 et TC2 sont les coefficients de température (voir formule ci-dessous),
   TEMP est la température de simulation (27°C par défaut),
   TNOM est la température de mesure de TC1 et TC2.
 
R(t) = R + TC1.(t-25) + TC2.t²
Exemple :   R12 3 2 4.7K place une résistance de 4,7 kohm entre les noeuds 3 et 2.
 
Inductance parfaite :    Ln n1 n2 val (i0)
    n1 et n2 sont les pattes de la self.
val est la valeur de la self (en Henry).
i0 est le courant initial dans la self en A, facultatif.
Exemple :  L10 4 7 2.2U place une inductance de 2.2 H entre les noeuds 4 et 7.
 
Condensateur parfait :    Cn n1 n2 val (v0)
    n1 et n2 sont les pattes du condensateur (pas de polarisation).
val est la valeur de la capacité (en Farad).
v0 est la tension initiale aux bornes en V, facultatif.
Exemple :  C1 13 14 22N place un condensateur de 22 nF entre les noeuds 13 et 14.
 
Diodes :    Dn n1 n2 (modele) (OFF)
    n1 est l´anode A,
n2 est la cathode K,
modele donne le nom du modèle à utiliser pour la simulation, si on a redéfini une diode avec .MODEL. Il existe un modèle prédéfini par défaut.
OFF est une condition initiale facultative : permet de bloquer au départ la diode.
 
Redéfinition :    .MODEL nom D(IC=? TEMP=? AREA=? IS=? RS=? N=? TT=? CJO=? VJ=? M=? EG=? XTI=? KF=? AF=? FC=? BV=? IBV=? TNOM=?)
  nom est le nom du modèle créé,
  IS est le courant de saturation,
  RS est la résistance passante,
  CJO est la capacité de jonction,
  VJ est le potentiel de jonction,
  BV est la tension inverse,
  IVB est le courant à la tension inverse,
  TEMP est la température de simulation (27°C par défaut),
  TNOM est la température de mesure des paramètres,
  ...les autres paramètres sont difficilement accessibles (constructeurs...).
Exemple :
   D2 3 2 1N4003
   .MODEL 1N4003 D (RS=.04 CJO=55E-12 IS=1.38E-09....)

Cela place une diode 1N4003, anode au noeud 3 et cathode au noeud 2.
Le .MODEL décrit la diode 1N4003 en question.
 
Transistors bipolaires :    Qn n1 n2 n3 modele (OFF)
  n1 est le collecteur C,
n2 est la base B,
n3 est l´émetteur E,
modele donne le nom du modèle de transistor à utiliser pour la simulation, défini avec .MODEL.
OFF est une condition initiale facultative : permet de bloquer au départ le transistor.
 
Redéfinition :    .MODEL nom <NPN ou PNP>(ICVBE=? ICVCE=? AREA=? TEMP=? IS=? BF=? BR=? IKF=? IKR=? NF=? NR=? ISE=? ISC=? NE=? NC=? RE=? RC=? RB=? RBM=? IRB=? VAF=? VAR=? VJE=? VJC=? VJS=? MJC=? MJE=? MJS=? CJC=? CJE=? CJS=? TF=? TR=? XTF=? VTF=? ITF=? PTF=? XCJC=? XTB=? EG=? XTI=? FC=? KF=? AF=? TNOM=?)
...On voit clairement que les paramètres ci-dessus sont difficilement accessibles. C´est pourquoi on utilise en général des modèles connus. En effet, les paramètres intrinsèques de transistors comme le 2N2222 ou le BC547 sont très faciles à trouver.
Exemple :
   Q3 1 3 2 2N2222
   .MODEL 2N2222 NPN(IS=3.108E-15 XTI=3 EG=1.11 ...)

Cela place Q3, un transistor NPN 2N2222 défini par le .MODEL. La base est le noeud 3, le collecteur est le noeud 1 et l´émetteur est le 2.
 
Transistors à effet de champ :    Jn n1 n2 n3 modele (OFF)
  n1 est le drain D,
n2 est la grille G,
n3 est la source S,
modele indique le nom du modèle à utiliser pour la simulation, redéfini avec .MODEL.
OFF est une condition initiale facultative : permet de bloquer au départ le transistor.
 
Redéfinition :    .MODEL nom <NJF ou PJF>(AREA=? TEMP=? VTO=? BETA=? LAMBDA=? IS=? RD=? RS=? CGS=? CGD=? PB=? FC=? B=? KF=? AF=? TNOM=?)
  nom est le nom du modèle créé,
  VTO est la tension de seuil,
  BETA est le paramètre de transconductance,
  LAMBDA est le paramètre de modulation de largeur du canal,
  IS est le courant de saturation de grille,
  RD est la résistance de drain,
  RS est la résistance de source,
  CGS est la capacité de G-S,
  CGD est la capacité de G-D,
  TEMP est la température de simulation (27°C par défaut),
  TNOM est la température de mesure des paramètres,
  ...les autres paramètres sont difficilement accessibles (constructeurs...).
Exemple :
   J2 1 3 2 J105
   .MODEL J105 NJF(VTO=-7.25 BETA=5M LAMBDA=.035 RD=4.20E-01 ...)

Cela positionne J2, un transistor JFET canal N type J105 défini par le .MODEL.
La grille est au noeud 3, le drain est le 1 et la source est le 2.
 
Transistors MOS-FET :    Mn n1 n2 n3 n4 modele (OFF)
  n1 est le drain D,
n2 est la grille G,
n3 est la source S,
n4 est le substrat (Bulk),
modele donne le nom du modèle à utiliser pour la simulation, défini avec .MODEL.
OFF est une condition initiale facultative : permet de bloquer au départ le transistor.
 
Redéfinition :
Les MOSFET sont un cas particulier de SPICE : il existe plusieurs types de modèles différents (dits LEVELs). SPICE 3F5 peut en effet simuler 7 niveaux de modèles (MOS1, MOS2, MOS3, BSIM1, BSIM2, MOS6 et BSIM3).
Pour information, les modèles MOSx comportent les paramètres suivants :    .MODEL nom <NMOS ou PMOS>(LEVEL=? L=? W=? ADE=? AS=? PD=? PS=? NRD=? NRS=? OFF=? ICVDS=? ICVGS=? ICVBS=? TEMP=? VTO=? KP=? GAMMA=? PHI=? LAMBDA=? IS=? RD=? RS=? CBD=? CBS=? PB=? CGSO=? CDSO=? CGBO=? KF=? AF=? RSH=? CJ=? MJ=? CJSW=? MJSW=? JS=? TOX=? LD=? UO=? UCRIT=? UEXP=? VMAX=? NEFF=? FC=? NSUB=? NSS=? NFS=? TPG=? XJ=? XD=? ALPHA=? ETA=? DELTA=? THETA=? KAPPA=? TNOM=?)
C´est impressionnant non ?... ;-)
Exemple :
   M4 2 5 6 6 NMOD1
   .MODEL NMOD1 NMOS(LEVEL=1 VTO=2.474 RS=1.68 RD=0.0 ...)

Cela déclare M4, un MOSFET canal N de type NMOD1 défini par .MODEL. La gate est le noeud 5, le drain est le 2 et le substrat est connecté à la source au noeud 6.
 
Macro-circuit SPICE :    Xn e1 e2 ... s1 s2 ... modele
  e1 est l´entrée 1 du macro-modèle.
s1 est la sortie 1 du macro-modèle.
... il y a autant de noeuds qu´il y a d´entrées/sorties au macro-modèle.
modele est le nom du macro-modèle à utiliser, défini par un .SUBCKT.
Exemple :
  X1 10 20 L18R154 permet d´utiliser la self de 150 H qui a été définie plus haut (cliquer pour voir). Cette self sera branchée entre les noeuds 10 et 20.
 
Interrupteur commandé en tension :    Sn s1 s2 e1 e2 modele
  s1 est la borne 1 de la sortie.
s2 est la borne 2 de la sortie.
e1 est le + de la tension de commande.
e2 est le - de la tension de commande.
modele est le nom du modèle à utiliser pour la simulation, définit par un .MODEL.
 
Redéfinition :    .MODEL nom SW(RON=? ROFF=? VT=? VH=?)
   nom est le nom du modèle créé,
   RON est la valeur de résistance de l´interrupteur fermé (en ohms),
   ROFF est la valeur de résistance de l´interrupteur ouvert (en ohms),
   VT est la tension d´enclenchement de l´interrupteur (en V),
   VH est la tension d´hystérésis à l´enclenchement (en V),
 
si V(e1,e2) < VT - VH/2 alors l´interrupteur est ouvert
si V(e1,e2) > VT + VH/2 alors l´interrupteur est fermé
Exemple :
   S4 10 20 2 0 SWITCH
   .MODEL SWITCH SW(RON=1U ROFF=10MEG VT=2.5 VH=0)

Cela déclare S4, un interrupteur commandé par la tension entre le noeud 2 et la masse 0. La tension de basculement est 2,5 V. L´interrupteur (1 ohm en passant) est placé entre 10 et 20.
 
Induction mutuelle :    Kn L1 L2 val_k
  L1 est le nom de la self d´entrée,
L2 est le nom de la self de sortie,
val_k est le coefficient de couplage entre L1 et L2.
Calcul de val_k : on utilise l´induction mutuelle M :
Exemple :  K1 L12 L20 0.6 permet de coupler les inductances L12 et L20 avec un coefficient de couplage de 0.6 (pour en faire un transformateur par exemple). Les selfs L12 et L20 doivent être définies ailleurs, grâce à Ln n1 n2 val.
 
Ligne de transmission parfaite :    Tn e1 e2 s1 s2 Z0=? TD=?
  e1 est l´entrée + de la ligne.
e2 est l´entrée - de la ligne.
s1 est la sortie + de la ligne.
s2 est la sortie - de la ligne.
Z0 est l´impédance caractéristique de la ligne (en ohms).
TD est la valeur du retard de ligne (en s).
Exemple :   T10 1 2 11 12 Z0=75 TD=50U place une ligne sans pertes T10, dont l´impédance est 75 ohms et le retard vaut 50 s. On entre sur 1 et 2, on sort entre 11 et 12.
Comprendre un modèle SPICE
Lecture d´un modèle SPICE
Pour interpréter un macro-modèle SPICE, il suffit en théorie de le mettre sous forme de schéma équivalent.
Pour cela, on placera les composants les uns après les autres, au fil de la lecture des lignes de code SPICE, puisque chaque ligne de code SPICE définit un composant...
Remarque : le fonctionnement du modèle n´apparaissant en général pas clairement aux yeux, il s´agira ensuite de s´approprier le schéma et de l´étudier afin d´en déduire les lois de fonctionnement...
Exemple d´interprétation
Soient le modèle d´un circuit logique TTL 7402 et son circuit équivalent :
Equivalence fichier-schéma
Méthode de modélisation comportementale
1 - Elaboration du cahier des charges
Cette phase est la plus importante de la procédure, elle consiste à préparer la modélisation.
On écrit noir sur blanc ce que l´on attend de notre modèle. On établira également dans le cahier des charges l´affectation des entrées/sorties, et on définira les grandeurs d´entrées/sorties.
 
2 - Description du fonctionnement
Cette phase permet de concrétiser le modèle désiré.
Il s´agit de traduire le comportement désiré en un ensemble d´équations de fonctionnement, ou bien encore en blocs de fonctions (si le système est complexe).
Remarque : Plus on obtiendra des équations simples, plus facile sera la traduction en primitives SPICE. De plus, il vaut mieux utiliser de nombreuses équations simples plutt qu´une équation complexe...
3 - Traduction des équations :
Une fois que l´on possède les équations de fonctionnement, il faut traduire ces équations dans le langage SPICE, en utilisant les primitives SPICE. Cela se fait généralement en 3 temps :
1- On traduit les équations en un circuit équivalent utilisant les symboles des primitives SPICE.
2- On place ensuite les numéros des différents noeuds sur le circuit.
3- Enfin, on peut écrire le fichier .SUBCKT du modèle SPICE, chaque ligne correspondant à une primitive du circuit.
Exemple n°1 : un filtre passe-haut du 2° ordre
Cahier des charges
- On souhaite modéliser un filtre analogique passe-haut, d´ordre 2.
- La fréquence de coupure de ce filtre est de f0 = 22050 Hz, (donc w0 = 138544,24 rd/s).
- Le filtre est un Butterworth, l´amortissement est donc z = 0,707.
- L´impédance d´entrée est infinie, celle de sortie est nulle : le filtre ne doit pas perturber les autres montages.
- Le modèle s´appellera HP22050, l´entrée est le noeud 1, la sortie est le 2 et le commun est le 20.
 
Mise en équation
La fonction de transfert d´un filtre HP2 est :

Une telle fonction peut être réalisée grâce à un réseau R L C, en sortant sur la self. La fonction de transfert d´un tel réseau est :

En identifiant les deux fonctions de transfert, on arrive aux formules suivantes :

Ces galits nous permettent de calculer R et L, ceci en imposant la valeur de C.
 
En choisissant C=100nF, on peut calculer R=102,06 ohms et L=521H
 
Traduction en circuit électrique
La synthèse de toutes les informations ci-dessus donne le circuit suivant :

Remarque : on a rajouté sur ce circuit les 2 séparateurs, amplificateurs de gain 1, afin de respecter le cahier des charges des impédances.
 
Le fichier modèle .SUBCKT
La traduction ligne par ligne du circuit ci-dessus donnera le modèle SPICE suivant :
 
* modèle du filtre HP2
* de fréquence 22050 Hz
*
.SUBCKT HP22050 1 2 20
E1 3 20 1 20 1
R1 3 4 102.06
C1 4 5 100N
L1 5 20 521U
E2 2 20 5 20 1
.ENDS HP22050
 
Vérification
La simulation du modèle ci-dessus à donné les résultats suivants :

Conclusion : le cahier des charges est parfaitement respecté. On pourra changer la valeur des composants si l´on veut faire varier les paramètres du filtre.
Exemple n°2 : un convertisseur de coordonnées rectangulaires -> polaires
Cahier des charges
Ce second exemple propose de décrire un vrai modéle comportemental, indépendant de la technologie.
Le but est de synthétiser un modèle qui permette de calculer les coordonnées polaires d´un point à partir de ses coordonnées rectangulaires, comme le montre le diagramme ci-dessous :
Le principe de fonctionnement est donc simple : on entre les coordonnés rectangulaires, ici (a , b) sous la forme de tensions électriques; on récupèrera les tensions images des coordonnés polaires, ici (r ; q) sur deux fils en sortie, q étant compris entre -pi et +pi.
 
Remarques :
- Pour des raisons de simplification, il n´y a pas de potentiel de référence. Cela est géré en interne grâce au noeud n°0.
- Affectation des E/S logicielles : noeud 1-> entrée a, 2->b, 3->r et 4->q
- On pourra appeler le modèle REC2POL.
 
Equations
Les formules générales de conversion rectangulaire-polaire sont :

Ces formules seront parfaitement modélisables par SPICE en utilisant la primitive Bn, qui permet de calculer toutes sortes d´équations...
Attention cependant, il y aura un petit problème pour le calcul de l´arctangente en radians car la primitive Bn, comme toutes les calculatrices, retourne une valeur décalée de pi (donc erronée) dans le cas où a est négatif.
On va donc être obligé de prendre en compte 3 cas : a positif, a négatif et b positif, et enfin a négatif et b négatif.
 
L´aiguillage de ces 3 cas se fera avec une sorte de structure en si-alors, réalisée avec les primitives interrupteur commandé Sn utilisées en comparateur à 0, afin de déterminer le signe de a et de b. L´agencement final sera prévu en utilisant les lois booléennes... :

 
Traduction en circuit électrique
L´ensemble des spécificités vues ci-dessus peuvent être traduites par le circuit ci-dessous :
 
Le fichier modèle .SUBCKT (pour SPICE3F5)
La traduction ligne par ligne du circuit ci-dessus donnera le modèle SPICE suivant :
 
* modèle du convertisseur
* rectangulaire - polaire
* affectation : a b r O
*
.SUBCKT REC2POL 1 2 3 4
*
* fonctions booléennes :
*
S1 11 10 0 1 SWITCH
S2  4 10 1 0 SWITCH
S3  4 12 0 2 SWITCH
S4  4 13 2 0 SWITCH
*
* calculs mathématiques :
*
B1 10  0 V = ATAN ( V(2,0) / V(1,0) )
B2 13 11 V = 3.14159
B3 12 11 V = -3.14159
B4  3  0 V = SQRT ( V(1,0)^2 + V(2,0)^2 )
*
* redéfinition du modèle pour SWITCH :
*
.MODEL SWITCH SW (RON=1N ROFF=1T VT=1N VH=1P)
*
.ENDS

 
Vérification
La simulation du modèle ci-dessus avec des valeurs de a et b variant entre soit -1 soit +1 à donné les résultats attendus suivants :

Conclusion : le graphe ci-dessus montre que le modèle fonctionne correctement dans tous les cas possibles. On remarque que les coordonnées sont calculées en temps réel par le simulateur. Ce genre de simulation peut dérouter au début car elle utilise des tensions ou des courants pour représenter toutes sortes de grandeurs (comme ici, des angles et des modules), il faut s´habituer !

[Les autres Dossiers]   [Retour au Sommaire]